Autour de l’abbaye

Accueil > AUTOUR DE COULOMBS > LES SILOS AGRICOLES DE NOGENT-LE-ROI ET COULOMBS

LES SILOS AGRICOLES DE NOGENT-LE-ROI ET COULOMBS

mercredi 25 avril 2018, par rogertempete

LES SILOS AGRICOLES DE NOGENT-LE-ROI ET COULOMBS

Lorsqu’on m’a demandé si je pouvais parler des silos de Nogent-le-Roi dans le cadre de l’adieu aux silos en février 2018, ma première réaction a été de répondre que je les avais vus construire et j’ai pensé que des cartes postales devaient exister pour permettre de comparer l’évolution du quartier de la gare au fur et à mesure de leur construction. Pour commencer par le début, j’ai recherché une vue d’avion qui montre l’emplacement de la gare de Nogent-le-Roi sans silo.

JPEG - 89.7 ko
Avant 1950

En consultant un document qui m’avait été donné sur la Société Coopérative Agricole du Dunois, j’ai constaté que le premier silo, celui de forme hexagonale donnant sur la rue des Moulins, avait été construit en 1950 et mis en service en 1951 et qu’en fait, tout juste âgé de 5 ans fin 1951, je n’avais aucun de souvenir de sa construction.

JPEG - 138.7 ko
Après 1951

Un embranchement spécial qui existait déjà a relié ce silo à la voie ferrée de la ligne Dreux-Maintenon. La physionomie de la gare change avec ce bâtiment qui est un modèle du patrimoine architectural lié à l’agriculture et que je vais voir disparaître avec nostalgie.

Le développement de la culture des céréales a vite rendu insuffisant ce premier silo. Il y avait rue de la Ribordière à Coulombs, une grange importante que la coopérative louait pour y mettre des sacs de blé. Il se trouvait que mon père avait construit à proximité un petit atelier de menuiserie et disposait du courant électrique qu’on appelait « la force » pour faire tourner ses machines. Le responsable du silo, M. Guilloteau, a demandé s’il pouvait se ravitailler en électricité chez mon père pour faire fonctionner son monte charge. M. Guilloteau a laissé un souvenir qui impressionnait l’enfant que j’étais. Il avait eu un accident du travail qui l’avait privé de sa main et d’une partie du bras, ce qui ne l’empêchait pas de conduire sa voiture de son autre main et sans aucune prothèse.

La solution d’une grange écartée du silo principal ne pouvait pas durer longtemps et un second silo a été construit sur la gauche de la place de la gare relié par une passerelle métallique au premier Il a été mis en service en 1958. Une carte permet de constater la nouvelle construction.

JPEG - 171.7 ko
Après 1958

En France, il faut remarquer que le temps d’estimer les besoins, de dresser les plans, de mettre en place un financement puis de construire, les besoins ont évolué et ce qui est réalisé est vite insuffisant.

Un troisième silo est devenu indispensable et a été construit de l’autre côté des voies, puis lui aussi relié par une passerelle couverte au second silo. Il est mis en service dès 1964 avec des nouvelles installations liées aux semences, aux engrais et aux traitements désormais utilisés par les agriculteurs. C’est le plus important des bâtiments construits comme le montre la carte suivante.

JPEG - 102.2 ko
Après 1964

Et une fois de plus, il faut s’agrandir sauf qu’il n’y a plus de terrain disponible à Nogent-le-Roi tandis que les engins agricoles plus imposants rencontrent des difficultés de circulation dans les rues de la ville. Un quatrième silo est construit sur les hauteurs de Coulombs et mis en service en 1972.

JPEG - 142.8 ko
Le silo de Coulombs construit en 1972

L’activité des silos de Nogent décroît mais reste maintenue pour la partie semences, engrais et produits phytosanitaires dans la mesure où Nogent devient un dépôt pour plusieurs silos des environs. Si le train a continué ses navettes entre Nogent et Maintenon grâce aux silos, les camions dotés de moteurs plus puissants peuvent à présent supplanter le train qui nécessite des infrastructures spéciales quand les camions empruntent tout simplement les routes. La ligne SNCF est fermée en 1989.

Dans le même temps, une catastrophe se produit à Blaye en Gironde en août 1997 lorsqu’un silo explose en faisant 11 victimes tandis que des réglementations nouvelles sont appliquées pour le stockage des engrais et produits chimiques. Les silos de Nogent en plein cœur de ville sont estimés trop dangereux et leur conception ne permet pas de les mettre aux normes de sécurité imposées. C’est la condamnation définitive des silos à Nogent et un agrandissement du silo de Coulombs est prévu et deviendra effectif en 2007.

JPEG - 343.7 ko
Agrandissement du silo de Coulombs

Après le transfert de toutes les activités sur Coulombs, les silos de Nogent sont totalement abandonnés aux courants d’air et à une lente dégradation. La commune de Nogent-le-Roi décide d’acquérir l’ensemble des terrains SNCF où étaient implantés les silos et envisage leur démolition pure et simple pour réhabiliter cet espace.

Que restera-t-il des silos de Nogent-le-Roi ?

Des cartes postales et des photos (le 8 février 2018 ci-dessous) les montrant ;

JPEG - 987.6 ko
Sous la neige le 8 février 2018

Le bulletin municipal de Nogent-le-Roi pour l’année 1966 qui, à l’époque, vantait les installations ;

JPEG - 2.3 Mo
Bulletin Municipal 1966

Les souvenirs de tous ceux qui y ont travaillé où qui y sont venus livrer leur grain et y acheter leurs produits.

Mais il n’y a pas eu que des joies dans ces locaux. Au moment où ils vont disparaître, comment ne pas évoquer ce triste accident qui a couté la vie à Michel Guilloteau, le fils du gérant des silos. C’était début 1965, nous venions de passer le conseil de révision quelques mois auparavant.

JPEG - 2.1 Mo
Un accident aux silos de Nogent-le-Roi

La journée du 17 février 2018 restera un hommage à presque six décennies d’utilisation des silos qui ont marqué le paysage Nogentais et qui vont totalement disparaître entrainant avec eux la grande halle aux marchandises de l’ancienne gare. Cette animation aura permis à quelques « graffeurs » d’exprimer leurs talents avec toutes les autorisations nécessaires en mettant pour quelques jours de la couleur sur les murs gris des silos.

JPEG - 1.4 Mo
L’adieu aux silos

S’il faut trouver une explication à ce sympathique dessin, je pense à l’âme des silos qui s’envole au dessus des toits de Nogent-le-Roi vers leur paradis.

La démolition des trois silos et de la halle de la gare a commencé quelques jours plus tard. Quelques personnes ont émis des regrets.

Personnellement, j’aurai aimé que soit conservé le premier silo de forme hexagonale car il correspondait à un style de construction agricole des années 1950 et je l’aurai bien vu transformé en musée des maraîchers et des professions de la terre avec une évocation des trains à Nogent-le-Roi.

JPEG - 911.8 ko
Mon silo préféré en cours de démolition

D’autres rêvaient de transformer l’ancienne halle aux marchandises de la gare en marché couvert. Il faut dire qu’en 2005, la commune s’était quasiment engagée à la conserver.

JPEG - 969.5 ko
Dans le bulletin municipal de 2005

Enfin, les derniers auraient voulu transformer le dernier silo, le plus vaste, en une salle de sport couverte. Autrement dit, autant de personnes, autant d’idées et de projets d’aménagement sans doute fort coûteux.

Mais le sort des silos était déjà scellé par un projet assez séduisant comprenant la construction d’un bâtiment de logements pour seniors, des constructions individuelles en prolongement de l’allée de l’Epeautre, le maintien d’un parking à proximité du centre ville, le tout en privilégiant un chemin piétonnier sur l’emprise de l’ancienne voie ferrée. Nul doute que le quartier s’en trouvera embelli après la disparition des trois silos dont la masse grise gâtait un peu le paysage.

JPEG - 399.6 ko
Après les silos

Si les ancêtres Nogentais des silos agricoles sont bel et bien morts, ils auront eu la joie de connaître leur descendance capable de passer encore de nombreuses années au service de la production agricole. Une descendance qui dispose d’une surface disponible importante lui permettant de réelles possibilités d’agrandissement dans le futur.

JPEG - 862.6 ko
Un silo pour le futur
JPEG - 974.3 ko
Le silo de Coulombs visible de loin

Et le silo de Coulombs pourra rester seul tel un "phare" sur le plateau tant il est visible des kilomètres à la ronde.

Roger TEMPÊTE,