Autour de l’abbaye

Accueil > PÊLE-MÊLE SUR COULOMBS > LES CABINETS DES ÉCOLES

LES CABINETS DES ÉCOLES

vendredi 27 mars 2015, par rogertempete

LES CABINETS DES ÉCOLES

Si le projet de latrines publiques sur la place de l’église de M. Deshoulières n’a pas été retenu, chaque construction scolaire se devait de posséder un cabinet pour le maître et plusieurs pour les élèves. On n’employait pas encore le mot ’’toilettes’’ comme aujourd’hui pour désigner les cabinets. Comme il n’y avait pas le tout à l’égout, les installations étaient raccordées à une fosse d’aisance qu’il fallait vider régulièrement... avec les odeurs garanties.

Lorsqu’on a reconstruit la mairie-école de Garçons à Coulombs après les bombardements, ces règles étaient toujours celles qui prévalaient. La mairie-école a été inaugurée en 1951, les installations étaient donc encore "modernes" pour l’époque.

JPEG - 424.3 ko
LES CABINETS DES ÉCOLES À LA MAIRIE

Le maître devait pourvoir surveiller ce qui se passait à proximité des cabinets de la salle de classe. On remarquera que le maître avait droit à une porte pleine à son cabinet. Ceux des enfants avaient un jour au ras du sol, et une porte nettement moins haute pour mieux les voir car il était interdit d’y entrer à plusieurs. Les cabinets étaient à l’extérieur dans la cour donc à l’air libre. Inutile de dire qu’on ne s’y attardait pas l’hiver et même parfois l’eau y gelait. Les cuvettes, au moins chez les garçons étaient ’’à la turque’’ ce qui, paraît-il, était plus hygiénique que les sièges. Si bien que lorsqu’on tirait la chasse d’eau et qu’elle était mal réglée, on avait une chance sur deux de se faire éclabousser les pieds.

Les cabinets des filles à l’école du 39 grande rue avaient la même organisation mais ces demoiselles étaient mieux protégées avec des portes plus hautes. Toutefois, quand les écoles sont redevenues mixtes, les filles qui fréquentaient l’école de la mairie étaient guère mieux considérées que les garçons.

JPEG - 403 ko
LES CABINETS DES ÉCOLES AU 39 GRANDE RUE

Des générations d’enfants ont connu ces installations qui étaient encore en fonctionnement jusqu’au départ en 1993 des élèves des écoles du centre de Coulombs pour les ’’super toilettes chauffées’’ du regroupement pédagogique.

Est-ce que c’était le bon temps, formule employée pour parler du passé ? On n’en souffrait pas. On était habitué. Bien souvent, il n’y avait pas plus de confort dans nos habitations dans les années 1950.

Lorsque le jumelage a été signé en 1974 et que nos voisins allemands sont venus pour la première fois à Coulombs, il paraît que ces charmants ’’petits coins’’ ont été photographiés tant ils étaient surpris par leur présence un peu vieillotte.

Au fait, il n’y a qu’une quinzaine d’années qu’ils ont été démolis à la mairie-école comme au 39 grande rue.

Roger TEMPÊTE