Autour de l’abbaye

Accueil > FAITS DIVERS > LA GRANDE FAMINE DE 1694

LA GRANDE FAMINE DE 1694

dimanche 8 février 2015, par rogertempete

LA GRANDE FAMINE DE 1694

L’examen des registres paroissiaux de Coulombs permet de réaliser notre généalogie tout en livrant d’autres renseignements sur les vieilles familles de la commune, les métiers exercés, les noyades et autres accidents de la vie. L’année 1694 est à cet égard révélatrice par le nombre importants de décès enregistrés.

Alors que Coulombs compte environ 800 habitants, pour quel motif enterre-t-on cette année là 105 personnes soit 13 % de la population ? La première idée qui vient est une épidémie. Mais de quelle maladie et pour quelle raison ?

Avec la magie d’internet, on peut presque tout résoudre instantanément. Il suffit de saisir : épidémie 1694, un clic, et le moteur de recherche vous guide vers la grande famine sur la fin du règne de Louis XIV.

J’avais bien quelques souvenirs d’école sur le vieux roi malade qui avait perdu ses enfants et petits enfants, sur les guerres incessantes qui ruinaient le royaume, sur son mariage morganatique avec Mme de MAINTENON mais j’avais oublié qu’entre 1690 et 1710, la France avait connu un climat très difficile. Une succession d’hivers rigoureux et d’étés chauds avait contrarié la pousse des céréales ou leur moisson et une grande famine régnait notamment en 1693 et 1694 à la suite d’une récolte très insuffisante en 1692 et en 1693.

JPEG - 230.4 ko
Prière dans les champs

Les habitants mal nourris, tombaient malades et comme à l’époque les soins étaient rudimentaires, la saignée qu’on pratiquait avait plus de chance de vous envoyer à trépas qu’à vous guérir. Tandis que sur des corps affaiblis, les épidémies se répandaient comme celle du typhus.

Hélas, Coulombs, comme le reste du royaume, n’a pas échappé à l’hécatombe qui a commencé en décembre 1993 où l’on relève déjà 8 décès.
En janvier 1694, la cloche de l’église appelle les fidèles pour 10 inhumations : 4 enfants, 4 hommes, 2 femmes.
Février - 11 inhumations : 1 enfant, 5 hommes, 5 femmes.
Mars - 6 inhumations : 2 enfants frère et sœur, 1 homme, 3 femmes.
Avril - 3 inhumations : 1 homme, 2 femmes. Provisoirement, le printemps semble améliorer la situation.
Mai - 5 inhumations : 1 enfant, 2 hommes dont un pauvre passant, 2 femmes.
Juin - 15 décès : 2 enfants, 5 hommes dont Louis BACHELIER, prêtre chapelain, 64 ans, 8 femmes dont une jeune fille de 19 ans abandonnée et dans la misère. Pour 2 inhumations faites le 26 juin, l’acte mentionne ’’surprise par la mort sans les sacrements’’ ce qui signifie sans doute une mort subite.
Juillet - 7 inhumations : 1 enfant, 3 hommes dont Messire Jacques COLLET, curé de la paroisse, 50 ans, 3 femmes. Les deux prêtres qui allaient donner l’extrême onction à domicile aux malades n’ont pas échappé à la maladie. Et la canicule a manifestement du favoriser l’épidémie de typhus.
Août - 31 inhumations : 4 enfants, 10 hommes, 17 femmes.
Septembre - 7 inhumations : 2 enfants, 2 hommes, 3 femmes.
Octobre - 5 inhumations : 3 enfants, 1 homme , 1 femme.
Novembre - 4 inhumations : 2 enfants, 1 homme, 1 femme ;
Décembre - 1 enfant inhumé. L’épidémie était terminée et la récolte 1694 bien meilleure était engrangée jusqu’à la suivante.

N’oublions pas que c’est aussi une mauvaise récolte en 1788 qui a précipité la révolution de 1789.

Roger TEMPÊTE