Autour de l’abbaye

Accueil > FAITS DIVERS > COULOMBS ENDEUILLÉ

COULOMBS ENDEUILLÉ

vendredi 27 mars 2015, par rogertempete

COULOMBS ENDEUILLÉ

Deux graves accidents de la route survenus à Coulombs font au total six morts.

Le premier accident a lieu dans le virage du cimetière le matin du samedi 9 avril, veille de Pâques 1966. Après la route quasiment droite en venant d’Epernon, le conducteur d’une Renault 8 Gordini aborde le virage avant le cimetière à trop grande vitesse sur une route mouillée. La voiture dérape sur la gauche au moment où arrive en sens inverse un poids lourd et le heurte. Des cinq occupants, seul le conducteur grièvement blessé sera retiré vivant de la voiture et survivra. Ses quatre passagers, sa femme, sa sœur et un couple d’amis sont tués sur le coup dont l’un a été éjecté du véhicule.

JPEG - 1.7 Mo
La RENAULT 8 GORDINI encastrée dans le camion - Photo de presse

A cette époque, il n’y avait ni obligation de porter une ceinture de sécurité, ni limitation de vitesse, ni glissière de sécurité, ni même un panneau virage dangereux pour signaler le risque. Et la malchance ce matin là de trouver un obstacle en face car ce n’était pas la première voiture qui partait à gauche. Jusqu’alors, elles avaient toujours pu venir s’arrêter dans les buissons en contrebas sans trop de dommage pour les passagers.

Le second accident touchait une famille connue à Coulombs. Mlle Simone MEERMAN s’était mariée avec M. Laurent ARRACHART et ils vivaient en région parisienne. Propriétaires d’une résidence dans les environs, ils venaient régulièrement à Coulombs voir leurs proches et pêcher au petit étang de Chandelles. Le matin du 23 mai 1968, leur Deux Chevaux CITROËN roulait doucement car ils arrivaient à l’intersection de la route d’Epernon et du chemin des Bois qui descend sur Chandelles où ils allaient s’engager.

Une voiture SIMCA 1500 les rattrapait et le chauffeur entreprit de dépasser la deux chevaux sans se rendre compte que le clignotant à hauteur des portières indiquait un changement de direction. Le choc fut inévitable. Les époux ARRACHART ainsi que leur fille très grièvement blessés et les deux occupants de la SIMCA blessés moins gravement furent transportés à l’hôpital de Dreux. Monsieur ARRACHART décédait à son arrivée à l’hôpital et son épouse dans l’après midi. Ils reposent dans le cimetière de Coulombs. Leur fille, rescapée, sera handicapée toute sa vie par ses blessures.

JPEG - 902.9 ko
La 2 CV CITROËN sur les lieux de l’accident - Photo de presse

Ces deux accidents ont semé la consternation dans Coulombs. L’épave de la Renault 8 Gordini déposée durant plusieurs semaines au garage JOUAN à Coulombs, l’intérieur tâché de sang, a fait réfléchir plus d’un conducteur sur les dangers de la vitesse. Le virage dangereux du cimetière a été rapidement signalé par le service des Ponts et Chaussées.

On prenait enfin conscience des dangers de la route qui faisaient chaque année des milliers de morts et la sécurité des voitures a été améliorée. Ainsi, les clignotants qui étaient encore positionnés à la hauteur des portières sur bon nombre de voitures ont été installés à l’arrière des véhicules au même niveau que les éclairages de nuit et les feux stop des freins avec un volume augmenté pour les rendre beaucoup plus visibles le jour.

Roger TEMPÊTE