Autour de l’abbaye

Accueil > TOUT SAVOIR SUR COULOMBS > LES SAINTS VÉNÉRÉS À COULOMBS

LES SAINTS VÉNÉRÉS À COULOMBS

lundi 26 janvier 2015, par rogertempete

QUATRE SAINTS ONT ÉTÉ VÉNÉRÉS À COULOMBS

SAINT CHÉRON

Saint Chéron est le saint patron de la paroisse de Coulombs.

L’église lui est dédiée. Il est fort possible qu’on ait ’’ inventé ’’ sa vie pour justifier, au sixième siècle, la découverte d’un corps à proximité d’un oratoire situé à Chartres à l’emplacement du cimetière Saint-Chéron.

Il est donc admis que Saint-Chéron était un romain qui vivait au sixième siècle. S’étant converti, il refusa de se marier et vint évangéliser la Beauce. Il aurait été tué par des brigands à Saint-Chéron-du-Chemin actuellement commune du Gué-de-Longroi. Parfois, on le présente comme étant un évêque de Chartres assassiné par les brigands.

JPEG - 1.3 Mo

Le vitrail moderne qui lui est consacré dans notre église retient plutôt cette seconde hypothèse puisqu’on le voit tenant dans ses mains le glaive de son supplice et en arrière plan la cathédrale de Chartres.

JPEG - 1.7 Mo
Statue de SAINT CHÉRON

Saint Chéron est aussi représenté à l’extérieur de l’église. Sa statue orne le porche d’entrée construit en 1860. il a été sculpté avec un habit de prêtre et l’étole sur le bras.

SAINTE HELVISE

Sainte Helvise est la sainte patronne de la paroisse de Coulombs.

Elle fut en premières noces l’épouse de Hugues dit tête d’ours, seigneur de Saint-André-de-la Marche (aujourd’hui Saint-André-de-l’Eure) et belle-sœur du comte Galeran 1er de Meulan. Devenue veuve, elle se remaria au chevalier d’Azzolin qui mourut en terre sainte laissant deux fils qui se firent moines à Coulombs.

Après ce second veuvage, elle fit construire une cellule près de l’abbaye de Coulombs où elle finit ses jours. Ses généreuses donations à l’église et celles du comte Galeran expliquent les possessions de l’abbaye dans l’Eure et dans les Yvelines.

Le reliquaire de Saint Helvise est conservé dans l’église de Coulombs.

JPEG - 1.7 Mo
Buste reliquaire de SAINTE HELVISE
JPEG - 1.1 Mo

Le vitrail moderne qui lui est consacré dans l’église la représente avec ses offrandes et sa cellule le long du mur de l’abbaye en arrière plan.

SAINTE GEMME

Sainte GEMME naquit au deuxième siècle de notre ère dans une riche famille d’Espagne idolâtre. Une nourrice chrétienne la fait baptiser. Sa foi profonde l’incite à renoncer au mariage. Elle refusa l’époux choisi par ses parents et s’éloigna d’eux.

Mais Claudien, le nouveau seigneur dont elle dépendait, voulut la marier à son fils. Elle refusa à nouveau le mariage et s’enfuit. On rapporta qu’elle avait fait un miracle par ses prières et Claudien la retrouva et l’emprisonna à Orence.

Résolue à mourir pour son Dieu, elle fut jetée au bûcher le 18 avril 138 mais la force de ses prières éloigna les flammes. Alors, Claudien lui fit trancher la tête.

L’abbaye de femmes qui était présente au onzième siècle à Sainte Gemme près de Dreux était vouée à cette sainte. Elle fut réunit officiellement à celle de Coulombs en 1441 mais réellement après 1460, date à laquelle la dernière abbesse survivant seule dans son couvent prête encore serment à l’évêque de Chartres.

JPEG - 1.3 Mo
Buste reliquaire de SAINTE GEMME

Le reliquaire de Sainte Gemme est conservé dans l’église de Coulombs. On dit qu’à la révolution française, ce reliquaire et celui de Sainte Helvise ont été cachés chez les paroissiens, les sauvant ainsi de la destruction.

JPEG - 1.6 Mo
Tableau de SAINTE GEMME peint par BILLAUT

Dans la chapelle de la vierge, un tableau datant du dix-neuvième siècle peint par Billaut montre Sainte Gemme sur le bûcher et les flammes s’écartant d’elle. Une restauration de ce tableau serait à envisager.

SAINT GRATIEN

Saint Gratien était un romain issu d’une noble famille qui s’était converti et se fit berger pour venir en France évangéliser la région d’Amiens. Condamné par Rictiovare, gouverneur de la région, il fut arrêté et eut la tête tranchée à Saint Gratien dans la Somme en l’an 303. Son bâton de noisetier fut planté sur son tombeau et la légende veut que, le lendemain, le rameau était miraculeusement couvert de feuilles et de fruits. A cet endroit fut construit un oratoire.

Les reliques de Saint-Gratien auraient été apportées à l’abbaye de Coulombs par l’évêque d’Amiens alors seigneur de Nogent-le-Roi en 1015. Les paroissiens de Saint-Gratien sollicitaient régulièrement le retour d’une relique de leur saint. Ce n’est qu’en 1769 que l’abbé d’Espagnac accéda à leur demande. On ouvrit la chasse et préleva le crâne du Saint. En remerciant l’abbé d’Espagnac, le curé de Saint-Gratien évoque la légende pour demander si la chasse contenait une boîte remplie de noisettes qui y aurait été mise en 1116 par un moine venu de Coulombs à Saint-Gratien pour s’assurer du miracle.

JPEG - 464 ko
Buste reliquaire de SAINT GRATIEN

Sous la révolution, la chasse en argent qui renfermait le corps de Saint-Gratien est envoyée à l’hôtel des monnaies à Paris pour être fondue mais un ouvrier ne détruit pas les reliques qui sont déposées à l’évêché de Paris. Lors de la révolution de 1830, l’évêché est mis à sac et les reliques disparaissent définitivement. Celle donnée à la paroisse de Saint Gratien existe toujours dans un reliquaire déposé à l’église.

JPEG - 313.7 ko
Plaque apposée dans l’église de SAINT-GRATIEN

Le 23 octobre 1999, M. Lesimple, Maire, M. Chapet, et moi même avons représenté Coulombs à une cérémonie de rénovation de l’oratoire de Saint-Gratien à l’invitation du Maire de cette commune. La commune de Saint-Gratien dans le Val d’Oise était également représentée. En 1015, lors du transfert des reliques de Saint Gratien vers Coulombs, le cortège avait fait une halte dans un lieu où une chapelle fut élevée et autour de laquelle un village s’est développé et a pris son nom.

Roger TEMPÊTE - Sources : L’église Saint-Chéron de Michel Chapet - Ste Helvise et Ste Gemme de l’abbé Amas - Photos M. Lesimple et R. Tempête.