Autour de l’abbaye

Accueil > PÊLE-MÊLE SUR COULOMBS > UNE POMPE À ESSENCE À COULOMBS

UNE POMPE À ESSENCE À COULOMBS

dimanche 25 janvier 2015, par rogertempete

UNE POMPE À ESSENCE À COULOMBS

Entre les deux guerres mondiales, le développement de l’automobile justifie un réseau de distributeurs de carburant. Chaque village se doit d’être moderne. À Coulombs, le 23 juin 1930, M. Armand BONNARD, l’épicier du village, fait une demande pour installer un dépôt d’essence minérale de 2.000 litres emmagasinés en réservoir souterrain. M. BONNARD écrit que la pompe sera située en bordure de la nationale 183 et que la borne sera rouge et blanche. Le 11 Août 1930, l’ingénieur en chef des Ponts et Chaussées, consulté pour avis, souligne que la pompe ne sera pas en bordure de la nationale 183 mais rue de la cavée de Houdan et qu’il appartient au Maire de Coulombs de donner suite à la demande de M. BONNARD.

La pompe a bien été installée ainsi que l’atteste la carte postale vendue également par M. BONNARD. C’est un établissement dangereux soumis à la surveillance du Préfet. Aussi en mai 1961, le Maire écrit : j’ai l’honneur de porter à votre connaissance que le dépôt de carburant de 2.000 litres ouvert le 23 juin 1930 par M. BONNARD à Coulombs a cessé de fonctionner début juin 1940 lors de l’arrivée des troupes allemandes. Le matériel qui appartenait à la société SHELL de Paris a été remis à la disposition de celle-ci en 1945-1946 et la fosse a été comblée. On conviendra qu’il s’agissait d’une surveillance ’’molle’’ puisque le Préfet pose la question quinze années après l’enlèvement de la pompe à essence.

JPEG - 689.1 ko

L’idée est reprise le 5 juillet 1963 quand M. Henri CAILLÉ, alors exploitant du bar, hôtel, restaurant du Bon Accueil en face de l’église (aujourd’hui la maison de santé) fait une demande pour installer une cuve de 3.500 litres de carburant auto et une pompe le long de la nationale 183. Le 9 juillet 1963, le Préfet adresse au Maire de Coulombs l’extrait de l’arrêté du 28 octobre 1952 relatif aux prescriptions imposées à ces établissements qui est aussitôt communiqué à M. CAILLÉ. Il va sans dire que cet arrêté qui comprend 27 articles fixe des conditions de sécurité importantes. M. CAILLÉ ne donnera pas suite à son projet.

A noter : outre la pompe à essence et la publicité de la maison BONNARD, la carte postale montre à l’entrée de la grande rue les bâtiments ou murs de clôture qui n’existent plus devant le garage, la propriété communale ainsi que la maison suivante.

Roger TEMPÊTE