Autour de l’abbaye

Accueil > QUELQUES PERSONNALITÉS LOCALES > MAURICE GLÉDEL

MAURICE GLÉDEL

dimanche 25 janvier 2015, par rogertempete

HOMMAGE À MAURICE GLÉDEL

Maurice GLÉDEL est né à Coulombs le 18 Octobre 1923. Il fréquente l’école primaire dirigée par M. GUILLON puis poursuit ses études au cours complémentaire de Maintenon.

A 15 ans et demi, Maurice GLÉDEL est reçu premier au concours d’entrée à l’école normale d’instituteurs de Chartres en ayant obtenu la note 20 en physique, chimie, sciences naturelles et mathématiques. Impressionné par ses résultats, le jury du concours demande à rencontrer le futur élève instituteur. Il apprend son métier à l’école normale d’octobre 1939 à juin 1942, période au cours de laquelle il vient effectuer un stage à l’école de garçons de Nogent-le-Roi.

Il est nommé à l’école du Boullay-Mivoie à la rentrée scolaire de 1942. Ce sera son seul poste. C’est à cette époque qu’il entre dans la résistance au réseau F 2. Il n’a que peu de contact avec la résistance locale et son rôle est de fournir des renseignements à la résistance nationale sur les mouvements de troupes et les systèmes de défense mis en place dans la région.

JPEG - 155.8 ko

Fin 1943, il prend un congé pour convenances personnelles afin de se consacrer uniquement à sa mission et ‘’cambriole‘’ sa propre mairie dont il est le secrétaire pour procurer des cartes et des tickets de nourriture aux aviateurs tombés dans la région et cachés chez des gens surs en l’attente de leur rapatriement.

A l’été 1944, il revient à Chandelles où habitent ses grands-parents pour se cacher à proximité dans les bois, ravitaillé par des amis de sa famille.

Vraisemblablement dénoncé, il est arrêté le 10 août 1944 au domicile de ses grands-parents. Il ne cherche pas à fuir. Interrogé et martyrisé par les allemands durant 3 jours, il ne parle pas sous la torture et nie connaître d’autres agents arrêtés. Il meurt quelques jours seulement avant la libération de la région.

Le corps de Maurice GLÉDEL, défiguré, les dents brisées, les ongles arrachés, est retrouvé le 26 août 1944 à peine enterré sur les bords de la Drouette au lieu dit ‘’le bas de la halle‘’ sur le territoire de la commune de Villiers-le-Morhier. Sa mère résidant alors à Lormaye, Maurice GLÉDEL est inhumé au cimetière de Nogent-le-Roi au pied du monument aux morts.

Mort pour la France, il sera cité à l’ordre de sa division et recevra la croix de guerre avec étoile d’argent ainsi qu’un grade d’assimilation de sous-lieutenant.

JPEG - 1.5 Mo

Après la fin de la guerre, une rue sur Lormaye et Nogent-le-Roi sera débaptisée pour porter le nom de Maurice GLÉDEL et une plaque sera posée dans la salle de classe où il a exercé au Boullay-Mivoie.

En 1958, un décret du Président de la République René COTY le nommera dans l’Ordre National de la Légion d’Honneur au grade de Chevalier à titre posthume.

JPEG - 1.4 Mo

En 1982, son nom sera donné à la nouvelle école maternelle construite à Coulombs par le Regroupement Pédagogique de Senantes, Saint-Lucien, Coulombs et Lormaye pour honorer l’enfant du pays, l’instituteur et le résistant. Son nom sera également donné à une rue de la commune de Villiers-le-Morhier proche du lieu où son corps a été retrouvé.

Le 16 septembre 2017, la commune de Villiers-le-Morhier a inauguré une stèle érigée en mémoire de Maurice GLÉDEL à proximité du lieu où son corps avait été retrouvé.

Roger TEMPÊTE ( Texte rédigé d’après les renseignements fournis par Madame Jacques GLÉDEL lors de l’inauguration de l’école primaire en 1994 )