Autour de l’abbaye

Accueil > ÉNIGMES, MYSTÈRES ET SECRETS DE COULOMBS > LE DOCTEUR BROUSSAIS ET COULOMBS

LE DOCTEUR BROUSSAIS ET COULOMBS

dimanche 8 novembre 2020, par rogertempete

LE DOCTEUR BROUSSAIS ET COULOMBS

Tout le monde a entendu parler au moins une fois de l’Hôpital BROUSSAIS à Paris qui portait le nom d’un médecin célèbre. Construit en 1883, il a cessé la majeure partie de ses activités en 2000 après l’ouverture de l’Hôpital Georges POMPIDOU. De nombreux bâtiments désaffectés ont été conservés et réhabilités.

C’est une carte postale mise en vente sur un site marchand d’internet qui m’a remémoré qu’on me disait, lorsque j’étais enfant, que les BROUSSAIS de Coulombs étaient en famille avec le docteur qui a donné son nom à un hôpital parisien.

Cette carte représente une statue du Docteur BROUSSAIS qui se trouve au Val de Grâce à Paris et porte une mention manuscrite "Souvenir des Broussais".

JPEG - 184.7 ko
Statue du Docteur BROUSSAIS au Val de Grâce à Paris

François BROUSSSAIS est né le 17 décembre 1772 à Saint-Malo. Ses parents ont été tués en 1795 durant la guerre révolutionnaire faite par la première République aux bretons et aux vendéens restés fidèles au Roi. Le futur docteur, absent de Saint-Malo, a pu échapper à la mort ce qui lui a permis ensuite de terminer ses études et servir dans les armées napoléoniennes comme médecin. A partir de ses observations, il a développé des théories sur les maladies mentales, Les progrès de la science ont par la suite démontré que certaines n’étaient pas totalement fondées.

Selon des fiches généalogiques, François Joseph Victor BROUSSAIS s’est marié à Saint-Malo le 28 mars 1796 avec Marie-Jeanne FROUSSART. Le couple a eu 6 enfants dont deux décèdent en bas âge. Le docteur BROUSSAIS est décédé le 17 novembre 1838 à Vitry-sur-Seine.

Parmi ses garçons susceptibles de transmettre le nom de famille, Émile Laurent BROUSSAIS est né le 9 février 1799 à Saint-Sevran. Il se marie à Paris le 17 juillet 1829 avec Marie-Jeanne Louise MARGERIN. Le couple aurait eu 10 enfants. Émile BROUSSAIS décède en 1852 à Pondichéry (Indes françaises) où il était avocat.

Un de leurs garçons, Emmanuel BROUSSAIS né le 11 juin 1836 à Paris se marie le 6 août 1868 à Marie Sophie LESAULT. Le couple a du avoir 3 enfants dont Maxence BROUSSAIS

Deux des sœurs d’Emmanuel BROUSSAIS vont rester célibataires et proches de Maxence BROUSSAIS, leur neveu. Il s’agit de Sophie BROUSSAIS née le 26 août 1826 à Paris et Clémence BROUSSAIS née le 16 mai 1838 à Paris. Ce sont elles qui s’installent les premières à Coulombs entre 1881 et 1886.

Le recensement de Coulombs en 1886 donnent les noms de BROUSSAIS Sophie, (chef de ménage), de BROUSSAIS Clémence (sœur), de BROUSSAIS Georges (neveu) et de JEFFERS Georgina (amie). Faute de numéro à l’époque, Il n’est pas aisé de situer avec précision leur habitation qui se trouve manifestement dans le secteur en face du porche de l’abbaye. Toutes les maisons que nous connaissons aujourd’hui étaient-elles construites en 1886 ? Quelques habitants de certaines maisons ne sont pas ou plus recensés sur Coulombs en 1886 comme la famille COCHE qui était déjà propriétaire de l’abbaye depuis de nombreuses années.

Sophie et Clémence BROUSSAIS sont recensées en 1891 avec leur amie JEFFERS sous le prénom d’Élisabeth. Au recensement de 1896, seules Clémence BROUSSAIS et Elisabeth JEFFERS sont nommées ainsi qu’aux recensements de 1901, 1906 et 1911.

Plusieurs membres de la famille BROUSSAIS semblent faire des carrières de médecins, d’avocats ou de fonctionnaires dans les territoires ou colonies françaises et viennent à Coulombs visiter leur sœur ou tante.

JPEG - 230.8 ko
Verso de la carte postale

Ainsi Louise BROUSSAIS signe la carte postale datée 1910 où elle parle de ses fillettes et d’Émile qui doit être son mari. Une fiche généalogique concerne Henri Charles BROUSSAIS, un frère de Sophie, de Clémence et d’Emmanuel. Un enfant de Charles s’appelle Émile. Il s’est marié avec Louise GAIDO et leurs trois premiers enfants sont effectivement des filles. Louise BROUSSAIS écrit une adresse ’’Villa des Peupliers’’ qui ne doit pas être confondu avec la ’Villa des Platanes’’ où résidait déjà la famille HARANGER. Hélas, le nom de ’’Villa des Peupliers’’ n’est plus donné de nos jours et ce renseignement ne permet toujours pas de situer la maison.

JPEG - 75.6 ko
A quelle maison correspond cette adresse en 2020 ?

Il est vraisemblable que durant la guerre de 1914-1918, deux sœurs de Clémence BROUSSAIS sont venues habiter à Coulombs puisque selon les registres d’état civil, Sophie BROUSSAIS est décédée à Coulombs le 19 mars 1918. Est également décédée à Coulombs le 10 juin 1918, Marie Angélique BROUSSAIS.

Clémence BROUSSAIS est toujours recensée à Coulombs en 1921 et 1926 mais la famille de son neveu Maxence BROUSSAIS habite désormais chez elle.

Maxence BROUSSAIS né le 28 mars 1873 à Oran (Algérie) se marie le 10 décembre 1908 à Paris avec Louisa Théophile Laurence DARVEY née le 30 novembre 1872 à Paris 4ème. Ils auront deux enfants Emmanuel qui naît au Viet Nam en 1909 et Alice qui naît en Algérie en 1916.

Quand le docteur Maxence BROUSSAIS revient en France, il est encore médecin militaire puisqu’il déclare à Coulombs en mars 1918 le décès de sa tante et qu’il est mentionné médecin major et domicilié à Lormaye dans l’acte de décès. Après la fin de la guerre 1914-1918, il doit retourner à la vie civile puisqu’il exerce comme médecin à Nogent-le-Roi.

JPEG - 781.2 ko
Le Docteur Broussais exerce à Nogent-le-Roi

Maxence BROUSSAIS décède en janvier 1929. La date exacte et le lieu de son décès restent inconnus au moment où j’écris ces lignes. Il est inhumé à Coulombs. Sa tante, Clémence BROUSSAIS, décède à Coulombs le 21 février 1931.

Au recensement de 1931 puis à celui de 1936, sont recensés dans la même maison Louisa DARVEY, la veuve du docteur Maxence BROUSSAIS, et ses deux enfants Emmanuel et Alice. Madame BROUSSAIS était artiste peintre. Un journal de Dreux, La Tribune Républicaine, consacre quelques lignes à sa participation au salon de Paris en mai 1927. Elle y expose un tableau fait à Nathrang, lieu de naissance de son fils.

JPEG - 480.5 ko
Madame BROUSSAIS au salon de Paris

Madame BROUSSAIS décède à Coulombs le 11 mars 1942 où elle est inhumée avec son mari. Leurs deux enfants sont restés vivre à Coulombs mais ne résident plus dans la maison familiale en 1946. Ils se sont installés au cœur de Coulombs dans la Grande Rue et y resteront.

Le garçon Emmanuel est né à Nhatrang (Annam) le 11 septembre 1909. Il paraît qu’il faisait ses études à Paris pour être médecin et que sa santé s’est dégradée suite aux privations de sa condition d’étudiant. Il a peiné à surmonter cette situation qui l’a obligé à interrompre ses études. Il est revenu à Coulombs, est resté célibataire et a vécu avec sa sœur et son beau-frère. Il est décédé à Coulombs le 15 septembre 1971 où il est inhumé avec ses parents.

Sa sœur Alice Emma, née le 4 mars 1916 à Holéa (Algérie), agent à l’administration des Postes et Téléphone s’est mariée à Coulombs le 15 novembre 1948 avec Maurice BOUTTEMONT employé à la S.N.C.F. Le couple n’a pas eu d’enfant. On m’a d’ailleurs raconté qu’après le décès de son frère, Madame BOUTTEMONT ne voulait pas que les documents de sa famille tombent dans diverses mains lors de son propre décès et que, faute de descendance, elle en a fait brûler la plus grande partie.

M. et Mme BOUTTEMONT possédaient une maison en Bretagne. Une fois à la retraite, ils y ont effectué de fréquents séjours. M. BOUTTEMONT est décédé à Dreux le 27 février 1987 et Mme BOUTTEMONT s’est installée définitivement en Bretagne où elle a du décéder en 2006. Elle a été inhumée à Coulombs.

Il y a au cimetière de Coulombs deux tombes où est gravé le nom de BROUSSAIS. La plus ancienne est celle du Docteur Maxence BROUSSAIS, de son épouse et de leur fils Emmanuel. La plus récente est au nom de M. Maurice BOUTTEMONT et de son épouse Alice née BROUSSAIS.

Ainsi s’est éteinte à Coulombs cette branche de la famille du célèbre Docteur BROUSSAIS.

Roger TEMPÊTE