Autour de l’abbaye

Accueil > TOUT SAVOIR SUR COULOMBS > COMMENT CAPTER LA TÉLÉVISION À COULOMBS ?

COMMENT CAPTER LA TÉLÉVISION À COULOMBS ?

samedi 23 mars 2019, par rogertempete

COMMENT CAPTER LA TÉLÉVISION À COULOMBS ?

Aujourd’hui, la question ne se pose plus. Entre la bonne vieille antenne râteau fixée à la cheminée, la parabole tournée vers le ciel qui reçoit les ondes du satellite de télécommunication, Internet et la box pour recevoir la télévision et la fibre qui vient d’être installée, les moyens ne manquent pas.

Mais quand on a onze ans en 1958 et que les copains vous parlent des aventures de RINTINTIN qu’ils découvrent à la télévision, on est frustré d’habiter dans la cuvette de la vallée à Coulombs où la télévision ne peut pas être reçue.

Il faut rappeler qu’à l’époque, toute la technique connaît une évolution remarquable. Le premier satellite artificiel de la terre, Spoutnik, a été lancé par les soviétiques le 4 octobre 1957 et nous a envoyé ses fameux "Bip Bip" mais on n’est pas capable de capter la télévision à Coulombs. Seuls, les rares habitants situés sur le plateau, rue de Paris vers Faverolles, peuvent recevoir les émissions depuis la Tour Eiffel à Paris.

Le gérant du Bar Tabac Restaurant du Cygne rêve d’offrir la télévision à ses clients. La seule solution serait de construire un haut pylône pour mettre l’antenne au niveau du plateau. Il en parle à ses voisins les plus proches en vue de se regrouper pour partager les frais d’installation. C’est ainsi qu’en février 1960, se monte une construction métallique de 42 mètres de hauteur au cœur de Coulombs suscitant l’admiration des badauds qui regardent évoluer les installateurs à une telle hauteur pour assembler les éléments du pylône et fixer les haubans chargés de le maintenir. C’est si spectaculaire que le journaliste local y consacre quelques photos et un article publié sans photo.

JPEG - 142 ko
Il ne faut pas avoir le vertige
JPEG - 674 ko
L’Écho Républicain du 2 mars 1960

Après ce premier pylône et la réception satisfaisante de la télévision, deux autres antennes géantes vont être construites, l’une à la laiterie des Remparts, l’autre à la villa des Roses.

Hélas, pour tous les autres habitants de Coulombs, c’est la neige sur l’écran si l’on veut essayer un poste de télévision et quand des personnes habituées à regarder la télévision dans leur précédente résidence arrivent à Coulombs, elles ne comprennent pas la passivité de la population. Ne faudrait-il pas faire une pétition d’autant plus que des habitants de Lormaye et de Nogent-le-Roi ont eux aussi des difficultés à recevoir des images de qualité ?

C’est justement un nouvel habitant revenu à l’heure de la retraite à Coulombs d’où il est originaire qui décide de lancer la fronde en août 1965. Un article de journal relate cette croisade pacifique pour bénéficier de la télévision.

JPEG - 739.4 ko
La République du Centre août 1965

Il alerte le Député de l’arrondissement de Dreux, M. Edmond THORAILLER, qui appuie la réclamation des usagers auprès du Ministre de l’information M. Alain PEYREFITTE.

JPEG - 637.8 ko
L’Écho Républicain du 17 novembre 1965

Si bien qu’en novembre 1965, des techniciens de l’O.R.T.F. se déplacent à Coulombs pour étudier le problème de manière à le résoudre pour le bien général.

JPEG - 479.8 ko
L’Écho Républicain Novembre 1965

La réponse est dans la construction d’un réémetteur. Le Conseil Municipal de Coulombs aborde cette question à la réunion du 22 octobre 1966 où le Maire l’informe des pourparlers en cours. Plutôt qu’un terrain offert dans les bois de Chandelles, c’est une parcelle à proximité du cimetière qui est retenue de manière à permettre d’établir le réémetteur au plus proche de la zone urbanisée à couvrir.

Le maire de Coulombs, Etienne PETIT, annonce à la réunion du conseil municipal du 27 mai 1967 que le permis de construire le réémetteur a été accordé le 23 mai. Le coût de la construction entièrement à la charge de la commune est estimé à 25.000 francs.

C’est un artisan maçon local, M. Denis CHAPET qui est retenu pour la construction d’un bâtiment de petite dimension destiné à abriter les équipements techniques. Les travaux du réémetteur commencent rapidement et c’est en octobre 1967 que les services de l’O.R.T.F. installent le matériel dans le bâtiment. Un mat est érigé pour recevoir les ondes de Paris et les redistribuer sous ’le parapluie" de la zone à couvrir.

JPEG - 537.1 ko
La République du Centre octobre 1967

On capte enfin la télévision pour l’ensemble des habitants de Coulombs et de l’agglomération Nogentaise à Noël 1967 à la grande satisfaction de tous. Les grandes antennes devenues inutiles seront démontées.

La surface du réémetteur sera agrandie en 1991 pour abriter les équipements destinés à capter les chaînes privées Canal+, la cinq et M6 créées entre 1984 et 1987 et qui n’étaient pas encore reçues à Coulombs par les téléspectateurs ne disposant pas d’une parabole. Un nouveau pylône sera construit pour servir de support aux antennes de la téléphonie mobile en 1995.

JPEG - 803.4 ko
L’Écho Républicain juillet 1995

Finalement, l’investissement du Conseil Municipal se révélera rentable. Les loyers versés par les différents utilisateurs pour l’usage du réémetteur abonderont et continuent encore aujourd’hui d’abonder le budget communal.

JPEG - 323.9 ko
Le réémetteur de Coulombs en 2019

Compte tenu de ce que j’ai vu faire sur les murs des silos de Nogent-le-Roi avant leur démolition, je me prends parfois à rêver que le graffeur qui a laissé son empreinte sur le mur du bâtiment du réémetteur revienne y faire un dessin plus expressif et agréable à regarder.

Roger TEMPÊTE